Monamourvoyageur

Une histoire

 
  • Accueil
  • > La reconstitution historique

Pour ou contre ?

Comme je te le disais, la reconstitution historique en général n’a pas que des partisans. Il y a plusieurs personnes qui détestent ça, pour diverses raisons, souvent justifiées mais pas toujours bien expliquées. Je vais te lister ici les trois principaux griefs contre la reconstit’ :

« Ce ne sont que des guignols déguisés qui se prennent pour des soldats ! » Cette phrase-là, on l’entend sur chaque camp, sans exception. Oui, en effet, nous portons un uniforme et oui, en effet, nous ne sommes tous de vrais soldats (je précise « tous » parce qu’il y a quand même beaucoup de militaires actuels qui font de la reconstit’ !). Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un reconstituteur sérieux ( = qui respecte les critères de l’époque et ne se la pète pas à mort), ce reconstituteur-là porte l’uniforme pour rendre hommage aux hommes et femmes qui se sont battus. Il porte l’uniforme au nom de ce qu’on appelle l’histoire vivante. Quand on aime vraiment ça, qu’on est là au nom du devoir de mémoire, on partage nos connaissances avec les gens qui viennent nous voir. On leur parle de ce qui s’est passé, on leur explique nos tenues, notre matériel… Combien d’enfants qui n’écoutent rien en classe d’histoire se prennent de passion pour cette période ? Alors, oui, je sais, je brosse ici la partie « idéale » de la reconstitution. Avouons-le : les reconstituteurs sérieux ne sont pas majoritaires, au contraire. Moi-même je trouve ça honteux de voir des gosses de 10-11 ans porter l’uniforme d’un parachutiste, fusil à la main. Oui, c’est pitoyable de voir des mecs obèses se prendre pour des rangers. Oui, c’est n’importe quoi de croiser des nanas fringuées avec des tenues d’hommes. Ceux-là, oui, sont déguisés, et mal en plus. Mais personnellement, quand je regarde mes uniformes dans l’armoire, je ne vois pas des déguisements. Je vois des vêtements qui ont une âme, une histoire…

« Vous n’avez pas honte de vous habiller en Allemands ? » Aucun reconstituteur amateur des uniformes allemands n’a jamais entendu cette remarque. Pour certains, voir quelqu’un porter un uniforme allemand, c’est un sacrilège. Cela revient à faire l’éloge de la barbarie nazie, des massacres, de l’occupation… Oui, il y a des cinglés qui se fringuent en  SS pour choquer et parce qu’ils prétendent être d’accord avec les idées d’Hitler. J’en ai vus. Ce qu’il faut savoir, c’est que les tenues allemandes sont strictement interdites sauf dans certains camps. Les groupes spécialisés dans l’allemand sont réglementés, surveillés. Ils ne peuvent pas faire n’importe quoi. J’ai longtemps refusé d’en faire, parce que je me voyais mal rendre hommage aux troupes allemandes. Et puis, finalement, je me suis lancée dans la collection d’uniformes de la Croix Rouge, américaine d’abord, puis française, et finalement allemande. Des infirmières allemandes de la Croix Rouge ont oeuvré pour le bien des prisonniers de guerre. En général, on me voit comme « une infirmière ! », pas comme « une infirmière allemande ». De toute façon, si on me faisait une remarque, je répondrais tout simplement que beaucoup des soldats allemands n’avaient pas demandé à faire la guerre, qu’ils voulaient juste rentrer chez eux, et qu’il y a eu des horreurs commises par les deux camps. En plus, tu sais quoi ?? Les vétérans sont toujours heureux de voir des reconstituteurs faire de l’allemand. Ils estiment que dans ce cas on raconte vraiment l’histoire.

« Il n’y a que des p*tes et des alcooliques » On en revient à ce que j’ai expliqué dans l’article « La Débâcle ». C’est un milieu dans lequel beaucoup boivent (trop) et où les filles semblent faciles. Même une fille qui n’a rien à se reprocher peut être traitée de p*te, par jalousie, dépit ou simple méchanceté. Je sais de quoi je parle, crois-moi. Je sais aussi que parfois il y a de tels problèmes d’alcool que même les visiteurs s’en rendent compte. Lors d’un camp, en juillet 2014, en plein milieu de matinée, mon groupe au grand complet picolait devant les tentes. Ils avaient dormi trop longtemps (cuvant leur alcool de la veille) et avaient raté le départ d’un convoi de véhicules. Etant la seule personne sobre, je me suis retrouvée comme une idiote à garder le camp avec un vieux gardien payé par la commune. Les autres groupes étant partis avec les véhicules, le camp était fermé au public pour éviter les vols. Je me suis retrouvée à expliquer ça à un monsieur avec sa famille. Le monsieur a vu de loin les alcooliques devant leurs tentes et m’a dit : « Et ceux-là ? Ils font quoi ? » J’ai répondu : « Ils prennent l’apéro »… Il se trouvait que le monsieur était passé la veille… et qu’ils prenaient là aussi l’apéro ! Je ne te raconte pas la réputation de m*rde de ce groupe… Mais comme je te l’ai dit : il n’y a pas que des pourris !!!

Je tiens à préciser une chose. Ce qui compte plus que tout, c’est le respect. Le reconstituteur doit respecter à la fois les vétérans et les hommes/femmes auxquels ils rendent hommage, mais aussi les visiteurs qui viennent sur les camps. Il ne faut pas oublier que parmi les visiteurs, il y a des personnes ayant connu la guerre, ou leurs descendants. J’ai rencontré une dame dont la mère avait été déportée et tuée par les Allemands. Evidemment qu’il ne faut pas faire ou dire n’importe quoi devant ces gens. Mais de même, les visiteurs devraient parfois respecter un peu plus les reconstituteurs. Il n’y a pas que des idiots alcooliques ou des p*tes ou des crâneurs. Il y a avant tout des personnes passionnées par l’Histoire et dont le hobby est la reconstitution historique.

Dans : La reconstitution historique
Par monamourvoyageur
Le 14 août 2015
A 20 h 34 min
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > La reconstitution historique

La Débâcle

Laisse-moi te parler des dangers de la reconstitution…

Tout d’abord, sache que je ne veux pas t’alarmer, ni te donner une mauvaise image de ce milieu. Je te rappelle que j’en fais partie, malgré tout ce que je peux lui reprocher. L’essentiel, c’est d’être bien conscient de ce qui se passe, de connaître les risques liés à ces pratiques, et de fréquenter les bonnes personnes.

Clairement, c’est un milieu pourri. Il y a beaucoup d’embrouilles, de jalousies, de rumeurs débiles… A l’origine, c’était surtout un milieu masculin. La recrudescence de femmes a fait que la reconstitution est devenue le lieu privilégié pour « tirer un coup ». C’est hallucinant le nombre de personnes qui font de la reconstit’ juste pour ça. On les reconnaît à 10km. Les femmes vont porter des tenues hyper flashy (quitte à ce qu’elles ne correspondent pas du tout aux critères de l’époque), elles sont toujours au bras de mecs différents, elles boivent et fument autant que les hommes, et surtout : elles sont très jalouses et dévisagent avec haine toutes les autres. En ce qui concerne les hommes, c’est le genre bourrin alcoolique et débile qui va siffler sur le passage de toutes les filles, qui va prétexter une blessure en voyant une infirmière, ou qui va même être carrément plus direct en proposant une balade en jeep dans la rase campagne. Pour tous ceux qui ne sont pas du tout intéressés par les « histoires de cul », c’est vraiment, vraiment, vraiment lourd. Je crois que le pire moment de la journée sur un camp, c’est le soir : 99% des reconstituteurs sont bourrés. Tu veux une anecdote ? Pendant la semaine du 6 juin 2014, un soir, j’étais dans ma tente et j’allais dormir. À la buvette, un mec complètement ivre s’est mis à hurler qu’il voulait me voir, que j’étais la femme de sa vie… Un imbécile qui savait où était ma tente l’a accompagné. J’ai eu un mal fou à le faire dégager, et personne n’a réagi puisqu’ils étaient tous dans le même état.

Maintenant, soyons clairs : ce ne sont pas tous des pourris, même s’il y en a beaucoup. Le plus important, comme je te le disais, c’est de fréquenter les bonnes personnes… et de ne pas se laisser marcher sur les pieds.

Dans : La reconstitution historique
Par monamourvoyageur
Le
A 18 h 49 min
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > La reconstitution historique

La reconstitution historique

Définition : La reconstitution historique est une pratique qui consiste à recréer certains aspects d’un événement passé, d’une période historique ou d’un mode de vie précis, en s’appuyant sur des éléments matériels reproduisant celui de la période concernée (vêtement, mobilier, armement, etc.). Cette activité peut ressembler, par exemple, à la reconstitution d’une célèbre bataille, ou bien de la vie quotidienne d’une époque passée. [Merci Wikipédia !!]

Bon, plus simplement, quand on fait de la reconstitution historique, on a une (ou plusieurs) période de prédilection et on collectionne des vêtements, armes, objets, etc, de cette époque. En ce qui me concerne, je m’intéresse tout particulièrement à la Seconde Guerre mondiale. Pendant les cérémonies, camps et festivités autour de ce thème, on voit des véhicules d’époque, des uniformes, de l’armement, des tentes, etc… Le gros « boom » de l’année, c’est au moment du 6 juin, en Normandie. Des reconstituteurs venant du monde entier affluent sur les sites historiques, pour le plus grand bonheur (ou pas) des touristes. Car oui, il y a des gens à qui ça ne plaît pas. J’y reviendrai dans un autre article.

Personnellement, j’ai toujours été attirée par cette période de l’histoire. Habiter dans ce secteur est une chance : je ne suis qu’à 30min des plages du Débarquement ! Je ne pourrais pas te décrire ce qu’on ressent quand on enfile un uniforme ou qu’on monte à bord d’un véhicule d’époque. Je pense que ces sensations sont propres à chacun. Pour moi, c’est un mélange de fierté, de joie, mais aussi un immense respect. On ne peut pas porter un uniforme, de quelque armée que ce soit, sans avoir une pensée pour ceux qui se sont battus il y a 71 ans. Le souvenir le plus émouvant que j’ai en mémoire au cours d’une reconstitution, c’est le départ d’une marche partant d’Utah Beach. Tous les marcheurs, en tenue de la IVème Division d’Infanterie américaine, se sont alignés sur la plage, dos à la mer, pour une minute de silence. Prendre part à cet instant était absolument magique, émouvant, poignant.

Minute de silence à Utah Beach

A l’heure d’aujourd’hui, faire de la reconstitution n’est plus tout à fait comme il y a 10-15 ans. Il y a de moins en moins de vétérans… et de plus en plus d’alcooliques. Je te propose de lire l’article « La Débâcle » si tu veux mieux comprendre ce qu’il en est. Je pense que ce ne serait pas inutile… Cela t’aiderait à mieux cerner le décor dans lequel a commencé l’histoire d’amour que je te conte ici.

Dans : La reconstitution historique
Par monamourvoyageur
Le
A 18 h 41 min
Commentaires : 0
 
 
 

Maupertuis IFSI |
Bresilnousvoila |
Trucs... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Specialfootballfrancais
| Enquinconce
| Teatimesblog