Monamourvoyageur

Une histoire

 

La Rencontre ♥

« Dans toutes les grandes histoires d’amour, il y a toujours un moment où on sait que l’on est en train de vivre une expérience unique. C’est un sentiment des plus ennivrants… » [Ce film dont je n'ai toujours pas retrouvé le titre !]

J’ai toujours été passionnée par les belles histoires d’amour, dans les films ou les romans. Quelle fille n’a jamais rêvé d’une rencontre romantique ? La nôtre l’était. À mes yeux, elle l’est toujours.

C’était en fin d’après-midi, sur la place de l’église. Il faisait très beau. Je me tenais debout, devant la plus grande tente du camp, celle où les gars avaient installé une sirène, des sacs de sable, une toile de parachute, une radio… Je m’ennuyais, je ne pensais à rien de précis. J’ai tourné la tête vers la gauche… et je l’ai vu.

Il longeait l’église, suivant son copain, tous deux habillés en parachutistes. J’ai croisé son regard. Il a les plus beaux yeux qui soient. D’un noir intense, envoûtant. Ils brillaient. Quand il m’a regardée, il a souri, un sourire merveilleux, et il a tapoté sa joue pour demander un baiser. Je n’ai même pas réfléchi, j’y suis allée, en enjambant les cordes de tentes. Il n’y a pas eu un mot d’échangé, je l’ai juste embrassé sur la joue, en y laissant une belle trace de rouge à lèvres. Il a souri, en me faisant remarquer que son copain n’en avait pas eu. L’intéressé a haussé les épaules et poursuivi son chemin. Mon bel inconnu l’a suivi tandis que je rejoignais mon groupe.

Ce qu’il y a de fou et de magique dans notre rencontre c’est qu’elle aurait pu ne jamais avoir lieu. Si je ne m’étais pas retournée, s’il n’était pas passé à ce moment… C’était la première fois qu’il participait à ce camp. Il m’est apparu comme un rayon de soleil, un miracle. La suite m’a montrée qu’il était venu comme pour me sauver, comme un prince charmant ou un chevalier servant. J’ai appris plus tard qu’il me comprenait, il lisait en moi et savait combien je n’étais pas heureuse malgré le sourire affiché au grand jour.

Je ne pense pas pouvoir oublier un jour ce que j’ai ressenti en le rencontrant, en parlant avec lui. Ces quelques jours passés avec lui ont été magiques. Toi qui lis cette page, si tu es amoureux(se), tu sais sûrement de quoi je parle. Chercher son bien-aimé du regard, sentir son coeur se serrer quand on ne le voit pas, s’inquiéter de ne plus le croiser… et sauter sur toutes les occasions de lui parler.

Oui, oui, je m’égare, j’en reviens à cette fameuse rencontre. Nous nous sommes donc vus pour la première fois au pied d’une église, sur un camp de reconstitution, pour les cérémonies du 6 juin. Nous n’habitions pas dans la même région, nous n’étions pas du même monde (ce que j’apprendrais plus tard), et nous n’aurions donc pu jamais nous rencontrer… s’il n’y avait pas eu la reconstitution historique. Si tu lis les articles consacrés à la reconstit’, tu comprendras pourquoi il est si incroyable et magique que nous nous soyons connus de cette façon.

Je ne l’ai pas revu de la journée. Le lendemain, j’ai quitté le camp, je suis rentrée chez moi pour décompresser, prendre une douche… Je suis revenue le soir, vers la nuit tombante. Près de la buvette tenue par mon groupe, je discutais avec une vague connaissance. Je m’ennuyais. Le garçon en question avait déjà bien bu et me racontait sa vie, alors que je n’en avais pas grand-chose à faire. Et puis je me suis tournée. Il était là, avec son copain, discutant avec un jeune de mon groupe. J’ai croisé son regard. Il m’a souri et je lui ai souri en retour. Peu de temps après, il m’a dit : « Viens discuter avec nous. » J’ai évidemment accepté. On a fait connaissance, un petit peu. Il était curieux de savoir comment j’avais atterri dans ce milieu, ce que je faisais comme études, vers quel avenir professionnel je m’orientais… Son copain et lui m’ont parlé d’eux. Il pleuvait, mais aucun de nous ne voulait bouger. J’étais trempée, je m’en moquais. Il était là, il me parlait. Comme la nuit avançait, nous avons fini par nous séparer. Il m’a proposé de m’emmener à la bourse aux armes le lendemain, pour me permettre de quitter un peu la monotonie du camp. J’ai accepté, ravie, et je suis partie me coucher.

Le lendemain matin, je ne l’ai pas vu. Il était sûrement déjà parti. J’étais horriblement déçue… La matinée a passé. L’après-midi, des tanks devaient arriver, tout un convoi. On les attendait. J’étais assise avec des adolescents du groupe, ceux avec lesquels je m’entendais le mieux. Il nous a rejoints avec son ami et s’est assis près de moi. Nous avons encore parlé. Il m’a montré son casque, m’en expliquant les particularités. Le soir, il allait y avoir l’embrasement de la côte : une vingtaine de feux d’artifice tirés en même temps le long des plages du Débarquement. Nous avons convenu d’y aller ensemble. Ça a été une soirée géniale : on a beaucoup ri, on a encore discuté… J’avais fait l’effort de porter mon pantalon de la façon qu’il l’aime : lâche, large, sans guêtres pour resserrer sur les mollets. Il a trouvé ça très bien :)

Le jour suivant, le 5 juin, il y avait une marche. J’étais la seule fille à y participer. 12km depuis la plage d’Utah jusqu’au village. Il participait aux dioramas (des scénettes le long du circuit) et je l’ai donc vu avant la marche, pendant la marche, et après la marche. J’avais les chevilles et les pieds en miettes. Quand je l’ai rejoint, après m’être rafraîchie et changée, il m’a accueillie par un : « Voilà la plus belle ! » C’était la plus belle des récompenses. Le soir, il y avait le bal. Je suis restée avec lui. Nous nous sommes beaucoup rapprochés ce soir-là. Il m’a prise sur ses genoux, parce qu’il n’y avait plus de place sur le banc. Mon coeur battait la chamade. Il me serrait très fort et nous étions comme seuls au monde. La nuit, les lumières du bal, la musique… C’était magnifique. Ce soir-là, je l’avoue, j’ai pensé qu’il allait m’embrasser. Il ne l’a pas fait, mais quelque chose est né. Une complicité… Une tendresse… En allant me coucher, j’étais heureuse. Je voyais le bout du tunnel. Je ne me sentais plus piégée par la relation désastreuse dans laquelle j’étais empêtrée. C’était clair : j’avais trouvé mon rayon de soleil, mon sauveur.

Dans :
Par monamourvoyageur
Le 14 août 2015
A 21 h 39 min
Commentaires : 2
 

2 Commentaires

  1.  
    unefillenormaleaparis
    unefillenormaleaparis écrit:

    Wouah, une jolie rencontre et joliment racontée :)

    Dernière publication sur Unefillenormaleaparis : "Mon roi"

Répondre

 
 

Maupertuis IFSI |
Bresilnousvoila |
Trucs... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Specialfootballfrancais
| Enquinconce
| Teatimesblog